Un site utilisant WordPress.com

Archives de septembre, 2008

gustave klimt


gklimtarbredevieklimt_la_vierge_lt-Klimt_Sea_Serpents_IV__detail__by_Gustav_Klimt1


GUSTAV  KLIMT

(1862-1918)

Gustav Klimt et Emilie Fl�ge � Coll. Part.

Gustav Klimt et Emilie Fl�ge
� Coll. Part.


Gustav Klimt est n� le 14 juillet 1862 � Baumgarten dans la banlieue de Vienne en Autriche. Il est le second d’une famille de sept enfants, dont le p�re Ernest Klimt exerce le modeste m�tier d’orf�vre ciseleur, et dont la m�re Anna Finster est chanteuse lyrique. Gustav Klimt d�montre son r�el go�t pour les arts et pour la d�coration, et entre d�s 1876 � l’Ecole des Arts D�coratifs de Vienne o� il suit les cours de peinture du professeur Laufberger.


Burgtheatrer de Vienne �  Burgtheatrer de Vienne

Le grand escalier du
Burgtheatrer de Vienne.
Plafonds d�cor�s
par Franz Matsch et Gustav Klimt
�  Burgtheatrer de Vienne


En 1880, il cr�e un atelier de d�coration avec son fr�re Ernst et un ami Frantz Matsch. Son habilet� et la finesse de ses travaux sont rapidement reconnus et il se voit confier de nombreuses d�coration de murs et de plafonds de villas, mais aussi de th��tres et �difices publics. C’est ainsi qu’il d�core la salle de r�union du Palais Sturany � Vienne, puis une salle du Ch�teau Royal de Palesch en Roumanie, ainsi que la Villa Herm�s de Lainz ou encore les escaliers du Burgtheatrer de Vienne.
L’�v�nement le plus important dans ces ann�es l� est l’ach�vement de la d�coration de l’escalier du Kunshistorisches Museum qu’il m�ne � bien, malgr� le d�c�s du ma�tre d’oeuvre de ce travail conduit par le peintre Hans Mackart, lequel travail consolide encore sa r�putation. 
Ainsi jusqu’en 1890, Gustav Klimt aura eu un d�but de carri�re fait d’une solide r�putation de peintre d�corateur r�pondant � des demandes officielles de peintures architecturales, mais sans r�elle originalit�, car �loign�e au fond de lui de ses go�ts personnels pour un art moderne dans lequel il a envie de s’exprimer totalement.


Il prend pour compagne Emilie Fl�ge qui tient une maison de couture, et se rapproche en ces d�buts des ann�es 1890 des �crivains Arthur Schniltzer, Hofmaansthal et Hermann Bahr tout en s’interessant au symbolisme et � l’impressionnisme fran�ais. En 1895, lors d’une exposition � Vienne, il d�couvre les oeuvres de Liebermann, de F�licien Rops, mais aussi de Klinger, B�cklin et Rodin.


Avec certains de ses amis dont Moser, Joseph M.Olbrich et Carl Moll, il cr�e en 1897 un journal intitul� "Ver Sacrum" (Printemps Sacr�), avec l’ambition de cr�er un �difice consacr� aux arts. Il participe la m�me ann�e � la fondation de l’Union des Artistes Figuratifs, appel�e aussi la " S�cession", avec dix neufs autres artistes de la K�ntlerhaus de Vienne. Il  devient le pr�sident de cette association, dont l’objectif est de r�former la vie artistique de l’�poque et de r�aliser des oeuvres d’art qui �l�vent  " l’art autrichien � une reconnaissance internationale � laquelle il aspire". Il s’agit aussi pour ces artistes de combler  le foss� existant entre l’art et les arts dits mineurs, de rapprocher les objets utilitaires et les objets d’arts, de transformer le monde au moyen des arts. Les arts doivent �veiller les consciences et s’�loigner de toute compromission avec l’art et l’acad�misme �tablis.  
Cette fondation est en quelque sorte la r�ponse au mouvement "Art Nouveau " en France et au "Jugendstil" qui se d�veloppe en Allemagne. Le magazine "Ver Sacrum" devient le moyen d’expression de la "S�cession", et le porte parole de cette volont� de changer le monde, tandis que Joseph M. Olbrich parvient � r�aliser cet �difice d�di� aux arts et souhait� par Klimt, pour donner aux jeunes artistes figuratifs un lieu permanent d’exposition pour leurs oeuvres.


Gustav Klimt

Gustav Klimt
" Pallas Ath�n�e "
1898
Huile sur toile  75 x 75 cm 
�  Historisches Museum
der Stadt 
Vienne


Il peint en 1898 le c�l�bre tableau "Pallas Ath�n�e" qui marque en quelquesorte cette �mancipation de Gustav Klimt par rapport � l’art officiel.
Sous un mode ironique, il d�tourne la repr�sentation traditionnelle du sujet en montrant sous le visage de la d�esse aux traits d’une femme fatale, une gorgone qui tire la langue.Cette toile f�t l’objet de l’affiche de la premi�re exposition de la "S�cession" en 1898.


Au cours de l’ann�e 1900, lors de la septieme exposition de la "S�cession", Klimt pr�sente sa toile intitul�e " La Philosophie", qui est la premi�re des trois toiles pr�paratoires avec "La M�decine " et "La Jurisprudence " qui lui avaient �t� command�es en 1896 pour illustrer les vo�tes du plafond de l’Aula Magna, le hall d’accueil de l’Universit� de Vienne. Il choisit de repr�senter la philosophie sous la forme d’une sphinge aux contours flous, la t�te perdue dans les �toiles, tandis qu’autour d’elle se d�roule tous les cycles de la vie, de la naissance � la vieillesse, en passant par les �treintes de l’amour. A gauche, � l’avant plan, la "connaissance" rev�t les traits d’une femme fatale fixant de ses yeux froids et sombres le spectateur. Cette toile fait l’objet d’une critique s�v�re des autorit�s universitaires qui s’attendaient � une repr�sentation classique du sujet et qui consid�rent alors cette all�gorie comme une provocation au libertinage et une atteinte aux bonnes moeurs. La critique violente de la presse accuse Klimt d’outrager l’enseignement et de vouloir pervertir la jeunesse . On lui reproche ses peintures trop �rotiques, et on s’interroge sur sa sant� mentale et sur ses crises de d�pression. " Il est trapu, �crit-on,un peu lourd, athl�tique… pour allonger son visage sans doute, il porte les cheveux en arri�re et rejet�s tr�s haut au dessus des tempes. C’est le seul signe qui pourrait faire penser que cet homme est un artiste"


Les compositions qui suivent, "La M�decine" et "La Jurisprudence" d�cha�nent et amplifient les critiques. La m�decine est repr�sent�ee par une femme qui ‘offre son corps, au c�t� des repr�sentations de la souffrance et de la mort. La jurisprudence quant � elle est repr�sent�e par un criminel en proie � ses instincts, tandis que la justice reste fig�e et impassible enchass�e dans une mosa�que d’inspiration byzantine.
Klimt doit renoncer � voir ses peintures d�corer l’Aula Magna, sans pourtant renoncer � son invention esth�tique.


Gustav Klimt

Gustav Klimt
"Hygieia "
( D�tail de "La M�decine" )
1900 -1907
Huile sur toile
�  Historisches Museum der Stadt 
Vienne


Lors de la quatorzi�me exposition de la "S�cession " en 1902, consacr�e � la musique de Beethoven, Klimt pr�sente une fresque en sept panneaux repr�sentant la Neuvi�me Symphonie, destin�e � illustrer un d�cor pour l’architecte Josef Hoffmann charg� de r�aliser un monument en m�moire du musicien. Cette oeuvre d’art est encourag�e par Gustav Mahler lui m�me, qui repr�sente une aspiration au bonheur de la part de l’humanit� souffrant en cherchant son apaisement dans les arts. Cette oeuvre et une nouvelle fois l’objet de critiques violentes au nom de la morale.


Gustav Klimt " Portrait de Ad�le Bloch-Bauer I" 1907 peinture et feuilles d'or sur toile 136 x 138 cm � Neue Gallery New York

Gustav Klimt
"Portrait de Ad�le Bloch-Bauer
I"
1907
peinture dor�e sur toile  136 x 138 cm
� Neue Gallery
New York


Ces ann�es 1902-1903 constituent un tournant dans l’oeuvre de Klimt, et une p�riode d’intense cr�ativit� . Il entame la r�alisation de son "Cycle d’Or" avec les "Serpents d’Eau", le "Portrait d’Ad�le Bloch-Bauer", et "Dana�".

En 1904, un riche banquier Belge Adolphe Stoclet lui commande la r�alisation des mosa�ques murales de la salle � manger d’un luxueux palais qu’il construit � Bruxelles sur les plans de l’architecte Hoffmann.
La richesse d�corative de Gustav Klimt �clate dans "L’Attente "et dans " L’Accomplissement " qu’il r�alise pour Adolphe Stoclet.


L
e tableau "Le Baiser" qui est le tableau le plus repr�sentatif du g�nie de Gustav Klimt et qu’il peint en 1905 sera reproduit dans le  th�me de "L’Accomplissement" pour la fresque d’Adolphe Stoclet.

A partir de 1908, il quitte avec plusieurs de ses amis la "S�cession" qui selon lui tend � se scl�roser, et il se consacre � la peinture de paysages ou de sc�nes all�goriques tr�s ornement�es, de plus en plus stylis�es et aux couleurs vives qui le rapproche du pointillisme de Seurat, mais aussi de Van Gogh et de Bonnard


Gustav Klimt

Gustav Klimt
"Le baiser" (d�tail)
1905
Huile sur toile
� Osterreichisches Museum f�r 
Angewandte Kunst
Vienne


Gustav Klimt

Gustav Klimt
" Dana�"
1907-1908
Huile sur toile  73 x 88 cm 
� Coll. Part.


Mais il s’interesse aussi davantage � la peinture intimiste et aux portraits. Il r�alise des portraits de femmes de grandes dimensions avec des compositions richement d�cor�es pour flatter une client�le riche et bourgeoise qui lui fait des commandes, et il r�alise aussi de nombreux sc�nes de femmes nues ou aux poses langoureuses  et �rotiques, en tenues extravagantes dans des compositions asym�triques, sans relief et sans perspective, riches d’une ornementation chatoyante, envahissante et sensuelle.
En 1910, Klimt participe � la Biennale de Venise o� il retrouve le succ�s et la notori�t� d’avant l’Aula Magna. Il reprend le titre qu’on lui avait attribu�  de "d�corateur  fin de si�cle", de peintre de l’intelligentsia autrichienne, et d’inventeur de l’art d�coratif
Il meurt en 1918 d’une attaque d’apoplexie en laissant inachev�es de nombreuses toiles.

Peintre d�nigr� pendant plus d’une dizaine d’ann�es de sa vie, l’oeuvre de Klimt aura �t� en permanence l’expression d’une r�f�rence � l’histoire de la peinture, �  Moreau, Klinger, Hodler, B�cklin, Monet, Seurat, Matisse, ou Rodin, dans ses compositions extr�mement personnelles et originales faites de th�atralit�, d’antinomies, d’h�t�rog�n�it�, tant du point de vue pictural et d�coratif, que du point de vue des couleurs. Son oeuvre faite  d’oppositions entre la figuration et l’abstraction, entre all�gories et paysages, entre, stylisation et naturalisme, entre h�donisme et scepticisme, entre impressionisme et symbolisme, lui conf�re une place tr�s particuli�re dans l’ histoire de l’art. Il semble avoir �t� le g�nial et pr�monitoire pr�curseur de la crise g�n�rale des principes, des valeurs, des id�es et du langage artistique qui f�t caract�ristique du XX�me si�cle.

Le Monde des Arts.



Gustav Klimt � Coll. Part.

Gustav Klimt
� Coll. Part.

voici un peintre que je suis en train de redécouvrir, avec la maturité, je me mets à adorer son oeuvre, la chaleur dans les tons ainsi que la volupté dans le trait m’ont donné envie de reprendre mes pinceaux, il me donne l’inspiration nécessaire pour pouvoir poser mon ressenti sur la toile, beaucoup modestement bien sûr, mais quel pied je prends à faire mon barbouillage! Je ne suis pas douée comme une zouzou ou une Mimi avec les mots, mais avec des pinceaux je m’exprime mieux! Je me sens pousser des ailes !

Publicités

journée chez Mickey!


Samedi, par une belle journée nous sommes allés rendre une petite visite à notre ami Mickey,  la tribu n’était pas au complt puisque Stéphane et Benjamin sont partis aux vendanges, mais des copains et copines faisaient partie du voyage! Il est vrai que notre famille ne se déplace que "GROUPIR",  plus souvent des amis, soit les nôtres, soit ceux des enfants! Mais comme on dit: "plus on est de fous plus on rit"! Et en matière de folie on s’y connais un max! Ya comme un petit grain héréditaire! ça vient de maman  et le sale caractère de papa, biensûr (lol!) En fin bref, cette année ça a été plus agréable car les petits ont mieux profité, ils se sont éclatés et nous aussi par la même occasion! voici quelques photos pour vous en faire profiter!EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 002EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 003EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 004EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 006EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 008EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 009EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 010EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 011EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 012EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 013EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 014EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 015EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 022EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 023EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 024EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 026EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 031EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 032EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 036EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 039EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 040EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 041EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 046EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 049EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 053EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 054EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 056EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 057EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 061EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 065EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 066EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 067EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 070EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 076EURO DISNEY SEPTEMBRE 2008 077

plénitude


00001

 Aucun panorama n’est plus vaste que l’abîme du Regard,

Aucune mélodie ne déborde la plénitude de l’Écoute.

Les objets des sens appartiennent au monde du versatile :

Aucune Révélation n’est plus Vrai, plus absolue que le Soi. 

les besoins énergétiques


Les besoins énergétiques

Derrière leur apparente variété, les aliments se résument ou se transforment tous en quelques classes de nutriments : les glucides, les protides, les lipides, auxquels il faut ajouter quelques éléments indispensables comme les vitamines et l’eau. Avant d’étudier dans le détail ces différents nutriments, voici d’abord quelques notions générales sur les besoins de l’organisme et en particulier les calories, qui sont l’unité de mesure universelle de tous les aliments, permettant de mesurer exactement nos besoins en nourriture et nos dépenses d’énergie.

Outre les éléments indispensables qu’elle fournit à la croissance et à la vie de l’organisme humain, l’alimentation apporte, en effet, de l’énergie. De ce point de vue, on ne distingue pas les aliments, qui en offrent tous une certaine dose, sous forme de calories. Celles-ci permettent de remplacer l’énergie dépensée par l’organisme dans ses échanges avec le milieu extérieur.

La quantité d’énergie dont nous avons besoin chaque jour doit couvrir les dépenses de base de l’organisme, ainsi que celles de l’effort musculaire ou de la lutte contre le froid.

l’aïoli( la vraie recette)


 

PROVENCE HANDMADE

Tous les produits du terroir et l’épicerie fine de Provence

Tapenade, tian aïoli, huile d’olive, miel et biscuit, textiles, savon

cuisine provençale

Recettes de cuisine provençale

Recueil de recettes de cuisine typiquement provençales

Recette de l’aïoli provençal

Par Stéphane, jeudi 17 février 2005 à 16:57 :: Cuisine provençale: plats :: #6

Voici la recette originale de l’aïoli, la vraie recette, celle qu’on trouve par chez nous en Provence.

Un peu d’histoire : les origines de l’aïoli.

Frédéric Mistral, fondateur en 1876 du félibrige au château de Fonségugne à Chateauneuf de Gadagne, créa en 1869 en Avignon une revue qu’il nomma l’aïoli, grand défenseur de son terroir, il racontait de cette recette qu’elle concentre dans son essence la chaleur, la force, l’allégresse du soleil de Provence.

A noter une petite anecdote à propos de l’ingrédient principal de cette recette : dans mes recherches j’ai appris qu’à la fin du XIX siècle dans les différentes halles de villages, chaque corporation se distinguait par une tenue vestimentaire particulière dont la tenue des marchands d’ails qui est devenue plus tard le chandail.

La recette de l’aïoli

L’aïoli, n’est pas seulement une sauce, mais aussi un repas complet, maigre et bouilli, un repas du vendredi comme on dit chez nous.

ingredients aioli

Ingrédients pour quatre personnes

Accompagnement :

  • 3 ou 4 beaux filets de morue salée.
  • 1 ou 2 pommes de terre en robe des champs par personne.
  • 500g de carottes entières, épluchées.
  • 1 ou 2 petits choux fleurs.
  • 500g de courgettes dans leur peau.
  • 2 betteraves rouges.
  • 2 poireaux.
  • 500g de haricots verts.
  • 500g de coeurs d’artichauts.
  • 4 Oeufs.

Avec des escargots (en option) :

  • 2 douzaines d’escargots.
  • 1 branche de thym.
  • Du laurier et du fenouil.
  • Un bout d’écorce d’orange.

Sauce :

  • 10 gousses d’ail.
  • 50 cl d’huile d’olive de provence.
  • 1 jaune d’oeuf.
  • 1 pomme de terre.
  • Sel et poivre.

Préparation

En cuisine, commençons par préparer la morue : la faire tremper une journée entière, en changeant l’eau au moins 5 fois. Au terme de ce dessalage, la pocher dans une marmite d’eau frémissante pendant 20 bonnes minutes, attention à ne surtout pas la faire bouillir, ça la rendrait élastique et caoutchouteuse.

Si vous avez choisi l’option escargots, nettoyez les puis faites les cuire dans une marmite remplie d’eau en veillant à ce que le niveau de l’eau dépasse de 10 à 15 cm celui des escargots, ajouter le thym, le laurier, le fenouil, un bout d’écorce d’orange, quelques grains de poivre et deux cuillères à soupe de gros sel. Faites les bouillir pendant 45 minutes (à petite ébullition) puis réserver.

La préparation des légumes est très simple, ils doivent être cuits séparément à la vapeur. Pour les betteraves, faites les cuire avec leur peau puis épluchez les une fois refroidies.

N’oubliez pas les oeufs durs (un par personne) que l’on servira écaillés.

Maintenant occupons nous de la sauce, dans un grand mortier en bois ou en marbre et avec un pilon en bois de préférence, écrasez les gousses d’ail crues pour les réduire en pâte lisse.

Un fois l’ail prêt, nous nous attaquons à la partie la plus délicate de la recette : on va monter l’aïoli en une sauce proche de la mayonnaise, en troquant le pilon en bois contre un fouet.

Voici comment procéder :ajoutez une pomme de terre cuite, mais froide, une pincée de sel et un jaune d’oeuf dans le mortier.

Versez peu à peu 50 cl d’huile d’olive en filet sans jamais cesser de tourner vigoureusement toujours dans le même sens.

Faites en sorte d’obtenir une sauce bien liée, un peu comme une mayonnaise, peut-être même un peu plus ferme. Si vous n’arrivez pas à faire monter la sauce, pas de panique tout n’est pas perdu, mettez un jaune d’oeuf dans un autre plat, fouettez le puis versez-y la sauce exactement comme vous le faisiez précédemment avec l’huile.

aioli

C’est bien sûr un plat vivifiant, au goût violent, qui s’accommode d’un bon vin rouge des côtes de Provence, celui des coteaux de Chateauneuf de Gadagne ira très bien.

Cette recette vous à été fournie par le site http://www.actu-provence.com. Elle est sous licence Creative Commons : Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France. Vous pouvez reproduire, distribuer, communiquer et modifier cette recette au public à condition de :

  • Citer le nom de l’auteur original : http://www.actu-provence.com – Thérèse BRUN
  • Ne pas utiliser cette création à des fins commerciales.
  • Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette création, vous n’avez le droit de distribuer la création qui en résulte que sous un contrat identique à celui-ci.

Commentaires

1. Le jeudi 6 avril 2006 à 16:37, par gillandre

Bonjour
Où peut-on trouver cette revue "l’aïoli" créée par Frédéric Mistral ?
Celà peut être intéressant pour "La confrérie des chevaliers de l’Aïet" créée par Mr COLOMBANI Marcel en 1990 à FUVEAU
Merci de me tenir au courant.

2. Le vendredi 28 avril 2006 à 11:19, par jupiter

dans le var on ne met pas de pomme de terre dans l’aioli, et les doses sont de 100 cl pour un tête d’ail cela pour huit personnes.
L’aioli se monte entiérement au pilon et celui ci doit rester droit planté droit dans le mortier a la fin
La véritable aioli (dite sauce aillade) se monte sans jaune d’oeuf simplement de l’huile d’olive et de l’ail. C’est assez difficile et je ne l’ai réussi qu’une fois en petite quantité
Cela se fait encore en catalogne où il y a des concours dans les villages

3. Le lundi 1 mai 2006 à 13:59, par Thérèse

Bonjour, Frédéric Mistral écrit son premier journal l’AÏOLI le 7 janvier 1891, les autres journaux parraîssent le 17, 27 et bien sur le 7 de chaque mois et ce jusqu’en 1899. Au début de la parution de l’Aîoli, il écrivit une lettre au préfet en donnant les ébauches des grandes orientations qu’il veut donner à son journal, il veut rassembler toutes les collections, en commençant par les costumes dont seront montrés toutes les modifications du 18 ème sciècle à nos jours, dit- il. Habitant dans un village de Provence Chateauneuf de Gadagne berceau du félibrige, je vais me renseigner à notre bibliothèque trés fournie ou auprès d’habitants de notre commune je vous tiens au courant dès que j’ai des nouvelles. Cordialement, Thérèse BRUN

4. Le lundi 6 août 2007 à 22:02, par Bruchon Marc

Un vrai regal

5. Le vendredi 31 août 2007 à 10:06, par jean-gourmand

bonjour ,
J’ai invité des amis à manger pour adoucir la rentrée et je souhaiterai ,revenant de Marseille,leur faire un aïoli :les légumes doivent-ils être servis chaud(si oui à quelle température ) et peut- on rajouter des poulpes à la recette. Merci de votre aide .

6. Le mercredi 12 septembre 2007 à 11:52, par Thérèse

Les légumes se servent chauds dès qu’ils sont cuits, je les mets dans le plat de présentation et en attente dans un four à 150°, je n’ai jamais essayé avec des poulpes, mais pourquoi pas

7. Le jeudi 18 octobre 2007 à 15:34, par Josianne

Bonjour , j’ai goutû cette délicieuse petite recette c’est régale délice à la framboise !!
Bon appétis bien sur

8. Le vendredi 29 février 2008 à 15:58, par Michel Bouisson :: site

Vous pouvez venir consulter et demander tous renseignements sur le journal " L’Aioli " au CREDDO Oustau di Petit ,Centre de Recherche, d’Etude, de Documentation et de Diffusion d’Oc à Graveson contact : 04 32 61 94 06

9. Le mercredi 13 août 2008 à 16:51, par monich

on raconte que l’aïoli aurait été inventée par Virgile. Manquant d’appétit, un ami lui aurait conseiller pour le retrouver, de manger un mélange d’ aïl et de mie de pain pilés ensemble. Virgile trouvant cela un peu sec, il ajouta de l’huile d’oilive. Puis, ce produit s’améliora en ajoutant du jaune d’oeuf…

10. Le samedi 13 septembre 2008 à 18:47, par lapagaille

Bonjour
Réussi aussi une fois sans oeufs, pdt, citron, etc un vrai régal Faut essayer beaucoup de patience mais le résultat est magnifique
Amicalement

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :

Email (facultatif) :

Site Web (facultatif) :

Les commentaires non constructifs (du type ‘tel ingrédient n’est pas bon’ ou ‘cette recette n’est pas provençale’) ne seront pas publiés

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.

Si vous ne voyez aucun chiffre lisible, utilisez le formulaire de contact pour signaler le problème
Anti-spam : recopiez le code numérique indiqué ci-dessus

Se souvenir de mes informations

Rechercher une recette

Entrez une recette ou un ingrédient

Site réalisé par SBNET – Propulsé par dotclear Contrat Creative Commons
Le contenu de ce site est publié sous licence Creative Commons.

petite séance de rigolothérapie


ben voilà une petite vidéo qui me fait faire pipi à la culotte! Il m’en faut peu c’est vrai, mais on se contente de ce que l’on a!! bises

l’automne est bien là!


  petit soleil flafard et fraicheur automnale, on a ressorti les pulls, l’automne et bien là, on aura pas eu d’été indien, ni même d’été du tout dans le Nord!
 Heureusement que j’ai fait le plein de soleil pour l’hiver en Auvergne, et puis  j’y retourne pour la Toussaint, je pourrais profiter de ma grande soeur, qui est enfin rentrée pour de bon en France!  La vie suit son cours, en ce moment c’est calme, Grégoire est parti toute la journée car cette année il est au collège, Stéphane et Benjamin sont du côté d’Avignon pour les vendanges, ils rentreront probablement fin Octobre!  Mais j’arrive quand même à être stressée, je ne sais pas  pourquoi mais depuis un an, j’ai du mal à me relaxer!   Pourtant j’étais pourtant jusqu’à présent une épicurienne, un rayon de soleil, un sourire ami, un petit mot gentil, un bon repas, suffisait à me rendre heureuse! Serait-ce hormonal??? j’espère que ça va me passer, je n’aime pas être dans cet état là!  Faites moi rire,                      il me faut mon fou-rire quotidien!  En attendant, je vais me replonger dans la douceur de l’été en vous montrant quelques photos de vacances! bisous à tout le monde!vacances été 2008 008vacances été 2008 010vacances été 2008 013vacances été 2008 020vacances été 2008 045vacances été 2008 048vacances été 2008 054vacances été 2008 055vacances été 2008 057vacances été 2008 060vacances été 2008 081vacances été 2008 084

Nuage de Tags