Un site utilisant WordPress.com

Archives de novembre, 2008

un petit tour en Auvergne pour s’aérer la tête


Le Midi de l’Auvergne

Le Midi de l’Auvergne, situé entre Loire et Allier, offre une mosaïque infinie de sites et de paysages. Baigné par un soleil bienveillant, ce territoire aime jouer avec les contrastes de ses éléments sculptés par l’eau et le feu. Surprenante Auvergne du Sud ! Alors que le calme envahit ses vastes forêts, ses verdoyants pâturages et ses plateaux volcaniques, rivières et ruisseaux content doucement leurs secrets aux promeneurs. Non loin de là, la Loire, qui a pris sa source au Mont Gerbier-de -Jonc, forge sans ambages son caractère sauvage et impétueux à travers gorges et vallées.

Et que dire des eaux tumultueuses de la rivière Allier, qui ont ardemment travaillé afin de façonner un site naturel exceptionnel : les Gorges de l’Allier !
Sur le toit du département, le Mont Mézenc (1 753 m), se prête aux activités de pleine nature, randonnées, balades à cheval et VTT.
En redescendant, on peut admirer, au loin, les montagnes et les sucs ardéchois, les massifs du Vercors, de Belledonne et des Ecrins.

Au détour de chemins bordés par les pierres, on tombe nez à nez avec de superbes châteaux (Saint-Vidal, La Rochelambert, Polignac).
Celui de Chavaniac a vu naître en 1757, le marquis de La Fayette, héros de la guerre d’indépendance américaine.

Des villages typiques et souvent classés parmi « Les Plus Beaux Villages de France » – Moudeyres, Arlempdes, Lavoûte-Chilhac, Lavaudieu, Pradelles – vous feront la surprise de leur splendeur.

Le hameau de Chalencon aime aussi dérouler le fil de son histoire. Il fut en, en effet une baronie très importante au XIème siècle ainsi qu’un Haut lieu de pèlerinage. Aujourd’hui, le village et le château sont classés.
A l’est du Puy-en-Velay, le lac de Saint-Front, né de la rencontre du magma et d’une nappe souterraine, invite à la détente et à la méditation.

Une terre spirituelle

Pèlerins et templiers ont laissé leur marque dans cet espace riche et fier de nombreux édifices religieux.
Incontournables, la Basilique de Brioude, Lavaudieu et son abbaye, la cathédrale Notre-Dame du Puy-en-Velay, inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité, témoignent d’une destinée bâtie sous le sceau de la foi.

C’est aussi au Puy-en-Velay, un des principaux points de rassemblement et de départ en Europe vers Saint-Jacques de Compostelle, que prend naissance la “Via Podiensis”, grande route de pèlerinage.

C’est encore près du Puy-en-Velay, à La Chaise-Dieu, que se déroule chaque année au mois d’août, le Festival de musique sacrée qui rassemble des mélomanes venus du monde entier.

 toussaint2008 014toussaint2008 016vacances été 2008 006vacances été 2008 113

chou farci


voilà une petite idée  de recette pour manger du chou, je la fais comme ça mais je fais une sauce tomate très liquide que je verse dessus avant d’enfourner! bon app. !

INGREDIENTS

PREPARATION

Pour 4 personne(s)

300 g de chair à saucisse
150 g de lard de poitrine
150 de crépine de porc
1 chou vert pommé
2 tomates
2 carotte
2 oignons hachchés
2 gousses d’ail
50 g de beurre
2 oeufs
sel,poivre

Lavez les feuilles de chou.
Plongez-les dans 1,5 litre d’eau bouillante salée.
Portez à ébullition et laissez cuire 5 mn à découvert. Egouttez et rafraîchissez soigneusement à l’eau glacée.
Placez en croix dans le fond d’une cocotte en fonte passant au four 2 grandes longueurs de ficelle de cuisine en laissant dépasser les extrémités.Garnissez le fond et les parois de la cocotte de crépine de porc soigneusement étalée et disposez dessus 10 belles feuilles de chou. Salez et poivrez.
Préparez la farce; Hachez grosièrement oignons,ail,carottes et tomates.Ajoutez la chair à saucisse, le lard coupé en dés. Salez et poivrez, incorporez le beurre et les oeufs. Eventuellement réctifiez l’assaisonnement / il doit être relevé.
Etalez la farce sur le lit de feuilles de chou, intercalez un couche de chou,un couche de farce pour finir avec une couche de chou rabatre la cépine de façon à obtenir un chou recontitué. Liez les ficellespour bien maintenir l’ensemble.
couvrer la cocotte sans la fermer ermétiquement, enfourner dans un four péalablement chauffé à 180 ° et laissez cuire 45 mn à température 180°
Servir dans la cocotte à la sortie du four.
Servir avec un beujolais où un côtes de provence rosé

chou à la crème ( ils plairont plus à coyote ceux là!)


 

Dessert Végétarien 

Moyennement difficile

Bon marché

 L'avis des internautes   5 sur 55 sur 55 sur 55 sur 55 sur 5   (80 votes)

Préparation : 15 mn
Cuisson : 25 mn

Ingrédients (pour 12 gros choux ou 18 petits) :

Pâte à choux :

– 80 g de beurre
– 125 g de farine
– 1/4 l d’eau
– 3 oeufs
– 1 cuillère à café de sucre
– 1 pincée de sel

Crème pâtissière :

– 1/2 l de lait
– 1 sachet de sucre vanillé
– 100 g de sucre
– 2 jaunes d’oeuf + 1 oeuf entier
– 50 g de farine
– 1 pincée de sel
– 1 cuillère à soupe d’Amaretto (facultatif)

Préparation :

Préparer la pâte : faire préchauffer le four à 200°C (thermostat 6/7).

Faire chauffer dans une casserole le beurre, l’eau, le sel et le sucre. Dès que tout est fondu, verser toute la farine d’un coup et bien mélanger avec une cuillère en bois, jusqu’à ce que la pâte n’édhère plus à la cuillère ni à la casserole.

Hors du feu, ajouter les oeufs un à un, puis mélanger à chaque fois jusqu’à homogénéité.

Beurrer une tôle à pâtisserie, puis disposer la pâte en petits tas (18 pour des petits choux, 12 pour des gros). Utiliser pour cela une poche à douille, ou tout simplement deux cuillères.

Cuire au four 20 à 25 mn. Petit truc pour vérifier l cuisson : Les choux doivent résister à une pression du doigt (ou de la cuillère, si l’on a peur de se brûler!).

Préparer la crème pâtissière : faire chauffer dans une casserole le lait, le sel et le sucre vanillé.

Pendant que le lait chauffe, travailler dasn une grande terrine le sucre et les oeufs avec une cuillère en bois jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer la farine puis, peu à peu, le lait bouillant.

Reverser dans la casserole (à allure douce) et remuer jusqu’à ce que la crème épaississe. Verser dans un plat.

Lorsque la crème est refroidie, vous pouvez y ajouter une cuillère à soupe d’Amaretto ou d’une autre liqueur (Baileys, Amarula…). Bien mélanger après cet ajout. NB : Ne rien ajouter lorsque la crème est chaude!

La touche finale : la préparation des choux. Remplissez de crème la poche à douille et remplissez les choux un à un, en pratiquant un trou dessous (vous n’avez jamais remarqué, dans les boulangeries, les trous sous les religieuses?). Si vous n’avez pas de poche à douille, couper chaque chou à moitié en deux pour y insérer la crème.

tout tout tout, j’dirai tout sur le chou!!!!!


  Le chou, un aliment trop méprisé 

Pour la version imprimable, cliquez ici        mangez du chou, vous ne serez plus malade du tout!

Le chou appartient à la famille des crucifères et il y en a pour tous les goûts: chou vert, chou blanc, chou frisé (Milan), chou rouge, chou de Bruxelles, chou-fleur, chou-fleur violet, brocoli, chou-navet, chou-rave, chou-chinois, chou-maritime.
Beaucoup de gens considèrent les diverses espèces de choux comme des aliments secondaires, assez peu nutritifs et souvent de digestion difficile. Il n’en est rien s’ils sont correctement cultivés et logiquement préparés.

Propriétés

Les choux valent les autres légumes tant au point de vue des hydrates de carbones (sucres, fibres) et des protides que de l’assimilation. C’est un légume peu calorique. Les choux sont des minéralisants remarquables: calcium, potassium, fer, magnésium, oligo-éléments (comme l’iode, le cuivre et le manganèse, deux catalyseurs indispensables dans l’action des vitamines du groupe B et des enzymes d’oxydation), souffre (utile pour la santé) et ses essences volatiles mais pas plus que dans l’oignon, l’ail, le poireau ou le pissenlit, ce qui lui donne une saveur particulière pas toujours appréciée. Le souffre associé aux fibres entraîne parfois des intolérances intestinales lorsqu’il est cuit (le mode de cuisson pourra modifier cet effet indésirable). Ils sont aussi riches en vitamines C, A, E, P, PP, K et B (B1, B2, B3, B5, B6, B9 que l’on pourrait presque appeler "groupe anticancéreux).

Mode d’utilisation

Il est donc conseillé de consommer les choux crus à l’exception du choux vert qui est meilleur cuit.
Pour la cuisson, et pour une meilleure digestibilité, d’abord le faire "blanchir", c’est-à-dire le faire bouillir quelques instants dans un grand volume d’eau non couverte. Les dérivés soufrés vont être en partie éliminés. Egoutter le chou puis le faire cuire à la vapeur. Les petits choux verts, jeunes et tendres ont moins de fibres et de ce fait sont plus digestes.

Quand le chou intervient moins comme une nourriture que comme composant de régimes particuliers et pour qu’il garde toutes ses propriétés thérapeutiques,il est préférable de le consommer en jus frais non cuit car la cuisson, même bien réalisée détériorerait plus ou moins ses propriétés.

Pour faire le jus de chou, récolter des choux de qualité biologique. Les laver soigneusement à l’eau non chlorée. Plonger leurs feuilles pendant une dizaine de secondes seulement dans une eau peu minéralisée, chauffée à 40°. Recommencer 3 fois cette opération. Hacher et presser pour en extraire le jus que l’on boit aussitôt.

Un autre mode d’utilisation très digeste: la choucroute. Les ferments contenus dans ce chou fermenté lui confèrent des propriétés antiseptiques pour l’intestin et permettent une très bonne tolérance. Ce qui est moins digeste, c’est la charcuterie et le vin blanc qui l’accompagnent. Penser également à la consommer crue. Attention, la choucroute est salée.

Indications thérapeutiques

Le jus
Grâce à ses chlorophylles purifiantes, à son pouvoir vitaminique, à ses sels minéraux et à sa pauvreté en cellulose, il calme les muqueuses entériques, rétablit la flore intestinale de symbiose et accroît le nombre des hématies (plutôt le chou blanc). Voilà pourquoi il est conseillé dans les anémies, les infections, la paresse des côlons, les maladies de la peau, etc…
Toujours bien toléré, même par ceux qui supportent mal les choux cuits, il contribue à cicatriser les ulcères gastriques, les plaies intestinales, à protéger et à régénérer le tube digestif irrité par des erreurs alimentaire. Riche en inuline et pauvre en hydrate de carbone, il convient aux diabétiques. Ses bienfaits dans le rhumatisme sont nets parce qu’il intensifie le nettoyage des humeurs et favorise l’émission d’urine. D’où son usage dans les ascites (épanchement de sérosité dans la cavité péritonéale).
Parce qu’il possède des catalyseurs d’oxydation (fer, cuivre, manganèse, etc.) et des vitamines B, des chlorophylles, des vitamines C et du calcium, il contribue à la lutte contre les affections pulmonaires, tuberculose comprise.
Pour son iode organique, il est conseillé dans les régimes de l’insuffisance thyroïdienne. Donc à prendre avec modération si vous souffrez d’hyperthyroïdie. Reconstituant du sang, dynamisant de la rate, il est aussi un reminéralisant de choix, un recalcifiant énergique. D’où l’intérêt de le faire boire aux anémiés, aux opérés, aux convalescents, aux grippés, aux enfants dont la formation est pénible. Dans tous ces cas, il est conseillé de mélanger, à parties égales, aux jus de carottes, de navets et de betterave rouge pour que chacun des constituants apporte ses oligo-éléments propres et complète ceux de ses associés. Ce complexe est remarquable dans la chlorose, la fragilité osseuse, la tuberculose, la colite ulcéreuse, etc…
Les choux  sont bourrés de substances que l’on sait maintenant exercer une action anticancéreuse (indoles, flavonoïdes, phénols).
Que les études soient faites en Grèce, en Israël, au Japon, aux USA, en Norvège, tous les résultats concordent: tous les choux exercent une formidable action préventive notamment sur le cancer du côlon, le la prostate, de l’utérus, des poumons, de la bouche, du larynx, du pharynx ou de l’estomac.

Usage externe
On utilise avec succès les feuilles de choux en usage externe, sous forme de cataplasme.
Après les avoir stérilisées par immersion dans l’eau tiède, les appliquer sur les points douloureux dans les bronchites, les brûlures, les dartres, les entorses, les froissement de muscles les ganglions enflés, les gerçures de sein, la goutte, les furoncles, les panaris, les phlegmons, les plaies suppurantes (changer les feuilles fréquemment), la métrite hémorragiques (application sur les reins et le bas ventre), les névralgies faciales, la paralysie des membres, la pleurésie purulente, la rougeole (application à la cheville, aux poignets, au front et à la nuque), l’urticaire, le zona, etc…

Ce rappel très sommaire des utilisations classiques des choux montre qu’on a tort de ne pas les apprécier davantage et de ne pas les faire entrer plus souvent dans les menus du bien portant comme de l’affaibli. De plus, il convient de se souvenir que par leur composition saline et leur groupe de vitamines, ils favorisent la cicatrisation solide et rapide des plaies extérieures et intérieures. D’où leur importance dans le régime des grands opérés, des ulcéreux, des cancéreux et des tuberculeux.  

 

 

 

 

 

anniversaire


merci mes chéris pour ce bô niversaire!!!52 ans joelle  alloween 01252 ans joelle  alloween 01352 ans joelle  alloween 01552 ans joelle  alloween 016

A taaaaable!!!!!!


 
 
 
qui qui veut de la bonne sousoupe à Mamie Joe?
 
 
 
 
 

Recette publiée dans les dossiers Soupes, potages et bouillons, Poireaux, Carottes, Pommes de terre

Soupe de légumes d'hiver
Pour 6 personnes

Préparation:
15 min

Cuisson:
30 min

  • Currently 3.2/5 Stars.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

moyenne des 147 votes

Laisser un commentaireGoosto

Une recette proposée par
Goosto

Ingrédients :

  • 3 poireaux
  • 3 carottes
  • 3 pommes de terre
  • 3 navets violets
  • 2 branches de céleri
  • 10 branches de persil
  • 1 gousse d’ail
  • 1 litre d’eau
  • 1 tablette de bouillon de légumes
  • 10 cL de crème
  • 1 cuillère à soupe d’huile ou de beurre
  • Sel, poivre du moulin
temps de préparation: temps de préparation: entre 30 minutes et 1 heure   difficulté: facile

Préparation de la recette

 

l’orientale, peinte par sylvie


Nuage de Tags