Un site utilisant WordPress.com


Épice

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, Rechercher

Pour les articles homonymes, voir Épice (homonymie). Page d'aide sur l'homonymie

Les épices sont des parties de plantes aromatiques à la saveur forte ou des préparations, notamment des mélanges faits à partir de ces plantes. Elles sont utilisées en petite quantité en cuisine comme conservateur, assaisonnement ou colorant. Les épices sont à différencier d’autres produits utilisés pour parfumer les plats, comme les herbes aromatiques ou les fruits. Ce sont pour la plupart des produits exotiques. Les épices étaient parmi les produits commerciaux les plus coûteux durant l’Antiquité et le Moyen Âge. Un grand nombre d’épices étaient employées autrefois en médecine.

Sommaire

[masquer]

Épices communes [modifier]

Icône de détail Article détaillé : Liste des épices.

Marché aux épices

Le sel est un assaisonnement (ou condiment) extrêmement courant, souvent considéré à tort comme une épice ; cependant, c’est un produit minéral.

On peut classer les épices en différents types :

Histoire [modifier]

Les épices ont joué un rôle important dans l’histoire humaine. Elles faisaient partie des biens les plus précieux dans le commerce du monde antique, comme du médiéval. Dans la Genèse, Joseph est vendu comme esclave par ses frères à des marchands d’épices. Dans le Cantique des cantiques, un poème biblique, le rédacteur compare sa bien-aimée à de nombreuses formes d’épices. Plus généralement, des sources de l’Egypte, de la Chine, de l’Inde et de la Mésopotamie anciennes font référence à des épices non identifiées.

Le commerce des épices se développa surtout dans le Moyen-Orient à partir de 2 000 ans avant J.-C. avec la cannelle, la casse du cassier et le poivre.

Une récente découverte archéologique suggère que l’introduction du girofle, indigène à l’île indonésienne de Ternate dans les Moluques, au Proche-Orient pourrait avoir commencé tôt. En effet, on a trouvé un clou de girofle parmi des restes calcinés sur le sol d’une cuisine incendiée du site mésopotamien de Terqa dans l’actuelle Syrie, daté de 1700 avant J.-C.[1] L’épopée indienne du Ramayana, peut-être écrit vers 200 avant J.-C., mentionne le girofle. Il était en tout cas connu des Romains au Ier siècle après J.-C., puisque Pline l’Ancien le décrit dans ses écrits.

En Asie du Sud, la muscade, originaire des îles Banda dans les Moluques, est désignée par un nom sanscrit, la langue des textes sacrés de l’hindouisme, ce qui montre l’ancienneté de son usage dans la région. Des auteurs datent l’introduction de la muscade en Europe du VIe siècle après J.-C.[2]

Les marchands indonésiens allaient jusqu’en Chine, en Inde, au Moyen-Orient et sur la côte est de l’Afrique. Les marchands arabes contrôlaient les routes entre le Proche-Orient et l’Inde jusqu’à l’époque romaine avec la découverte des voies maritimes. Puis la ville d’Alexandrie en Égypte devient le centre du commerce des épices grâce à son port. Du XIIIe siècle au XVe siècle, la ville de Venise exerce le monopole du commerce de l’épice avec le Moyen-Orient.

Le contrôle des routes commerciales et des régions productrices d’épices furent la principale raison de l’expédition du navigateur portugais Vasco de Gama vers l’Inde. L’Espagne et le Portugal trouvaient que les prix exercés par Venise étaient trop élevés. À peu près à la même époque, Christophe Colomb après avoir débarqué sur le Nouveau Monde, fit miroiter à des investisseurs la description des nombreuses épices alors inconnues disponibles en Amérique.

C’est Afonso de Albuquerque (1453 – 1515) qui permettra aux Portugais de prendre le contrôle des voies maritimes arabes vers l’Inde. En 1506, il prend l’îlot de Socotra à l’entrée de la Mer Rouge et, en 1507, Ormuz à l’entrée du Golfe Persique. Devenu vice-roi des Indes, il prend Goa en Inde en 1510 et Malacca sur la péninsule malaise en 1511. Les Portugais peuvent désormais commercer directement avec le Siam, la Chine et les Moluques. La route de la soie est doublée par les voies maritimes portugaises, amenant ainsi par Lisbonne en Europe les trésors de l’Orient, dont les épices tant convoitées.

 

 

 

 

 

 

 

 

A

Publicités

Commentaires sur: "pas de cuisine sans épices, telle est ma devise" (6)

  1. Coucou Joe,Utilisées au Moyen Age en grande quantité, on prétendait que c’était pour cacher le gout des viandes un peu trop … comment dire …. faisandées ? passées ? bref, pas nettes.Je pense aussi qu’elles ont des vertus thérapeutiques et qu’elles permettaient de ne pas s’empoisonner, ou au moins, de mieux digérer.Excessivement chères à l’époque (frais de transport obligent), on les dit réservées à l’élite. Mais il semblerait que le poivre, le safran et le gingembre étaient utilisées un peu partout en France, et dans toutes les catégories sociales.LoLa_NB (La Provençale épicière)

  2. de nos jours aussi je crois que ça sert encore à cacher les viandes un peu "pas fraiches", je ne prends jamais les trucs pour grillades marinés avec plein d’pices, je préfère faire ma marinade moi-même! mon fils benjamin est boucher et il m’adit que c’est souvent lecas, ils font mariner les viandes qui sont limites! en tout cas merci pour ces précisions!

  3. papypoutous a dit:

    En plus les épices et les aromates ont mille promesses à vous faire. Véritables trésors de la nature, ils se montreront de puissant partenaires-santé qui vous aideront à trouver vigueur et énergie. Entrez sans attendre dans la farandole des épices et des aromates. Vous retirerez un havre de paix propice au bien-être; et d’immenses bienfaits. Les recherches, études et rapports scientifiques confirment que les épices contiennent des composants, des essences qui possèdent de réelles propriétés thérapeutiques qui peuvent aider à soigner.Gros poutous Joe ;o))

  4. nous on en use et abuse des épices, c’est pour ça qu’on est toujours jeunes et beaux! hein vincent,? lol! gros poutous!

  5. à longue durée dans le temps,prise quotiennementje suis un peu plus dans les huilles essentielles mais reste fan des plantes aromatiquesles épices cela depend quoi……………bises

  6. stephanie de monaco!!!zut il n’y avait pas de question…………….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :