Un site utilisant WordPress.com

l’artichaut



L’apport énergétique de l’artichaut est modéré (40 kcal/100 g), il se situe au même niveau que celui de la carotte.

Valeurs nutritionnelles
pour 100 g

Protides
2,1 g

Glucides
7.6 g

Lipides
0,1 g

Calories
40 kcal

Son apport minéral est très intéressant. L’artichaut est bien pourvu en potassium (385 mg/100 g) et en phosphore (95 mg/100 g).
De même, sa teneur en calcium (47 mg/100 g) et en magnésium (31 mg/100 g) est plus élevée que dans la plupart des légumes.
Tous ces minéraux étant souvent déficitaires et pourtant essentiels au bon fonctionnement de l’organisme.

L’artichaut apporte également un large éventail de vitamines, en particulier des vitamines du groupe B et de la vitamine C, anti-oxydante et anti-fatigue (8 mg/100 g, soit 10 % du besoin quotidien).

Sur le plan physiologique, il favorise les fonctions d’élimination urinaire et intestinale. Sa teneur élevée en potassium et inuline (glucide composé de fructose) le rend diurétique. Cependant, consommé en trop grande quantité, il peut provoquer des ballonements.

Enfin, il s’agit d’un aliment alcalinisant qui, comme beaucoup de végétaux frais, permet de rééquilibrer les effets acidifiants d’une alimentation riche en aliments carnés.

Dégustation
Choisissez un artichaut lourd et ferme, avec des feuilles cassantes. Si le haut des feuilles est noir, cela veut dire qu’il est cueilli depuis longtemps.
Les feuilles doivent aussi être bien serrées car, l’artichaut étant le bouton d’une fleur, des bractées ouvertes indiquent qu’il est trop mûr, donc dur et avec beaucoup de foin

Conservez l’artichaut cru frais quelques jours en plongeant sa tige dans l’eau comme un bouquet.
Evitez de le conserver, même au frais, après cuisson car l’artichaut cuit s’oxyde rapidement, et peut donner naissance à des composés toxiques.
L’artichaut entier ou le fond seul peuvent être stérilisés dans une saumure. Pour les petits, on utilise souvent un mélange d’eau, d’huile d’olive, de citron et d’herbes aromatiques.
L’artichaut peut aussi se congeler. Dans ce cas, il faut le blanchir avant en mettant dans l’eau un peu de citron pour qu’il garde sa belle couleur verte.

Consommez l’artichaut jeune et tendre en gratin, en garniture d’omelette ou en beignets.
Le fond se sert surtout farci, en salade ou comme garniture de plat.
Le gros artichaut est souvent cuit à l’eau (20 à 40 minutes suivant la grosseur) ou à la vapeur (une dizaine de minutes) et présenté entier, froid ou tiède, avec une sauce (beurre fondu, vinaigrette, béchamel…).
Seul le petit violet se mange à la croque au sel.

Enfin, les cœurs d’artichaut vendus en conserve sont formés par les feuilles du cœur de petits artichauts dont le haut est coupé et s’utilisent en garniture et en salade.

Histoire
Plante potagère vivace, dont la tête ("pomme") est formée d’un réceptacle ("fond") entouré de feuilles ("bractées").
L’artichaut a pour origine, comme le cardon, une plante épineuse de la région méditerranéenne. Grâce à la culture, il est devenu plus charnu et tendre.
Le fond, une fois débarrassé de son foin, et la base des feuilles sont comestibles.

Le cardon était recherché par les amateurs dès l’Antiquité, alors que l’artichaut n’a fait son entrée sur les tables italiennes qu’au 15ème siècle.
Le mot artichaut est apparu au début du 16ème siècle, il est emprunté à l’italien du nord "articiocco", lui-même repris de l’arabe.
D’abord employé comme remède, l’artichaut avait la réputation d’être aphrodisiaque et on l’interdisait souvent aux femmes. C’est cependant la reine d’origine italienne et épouse d’Henri II, Catherine de Médicis, qui encouragea sa culture dans notre pays.

Ce n’est qu’en 1810 que fut créé et développé, par un agronome de la région parisienne, le gros Camus de Bretagne, devenu aujourd’hui l’artichaut le plus consommé en France, bien avant le Violet de Provence.

On le cultive aujourd’hui dans l’Ouest (Bretagne), dans le Sud-Est et dans la région parisienne.
Les deux principales variétés d’artichaut cueillies à l’automne et au printemps sont :
– le camus de Bretagne : gros, rond et lourd, avec un fond important. Il représente près de 80% de la production nationale.
– le violet de Provence (appelé aussi poivrade) qui peut se consommer cru quand il est jeune et petit (le foin est peu développé).

Publicités

Commentaires sur: "l’artichaut" (4)

  1. Comme tu le sais, le meilleur est en Bretagne !Inutile de passer tous les points de ton article, tout est très intéressant, rien à dire donc …Une dernière précision, sais-tu ce qu’on fait du "foin" ? la question est sérieuse.21:30

  2. joe ailes a dit:

    ben non j’en sais rien du tout, moi je le jette à la poubelle le foin! et pardon mais je préfère les petits violets provençaux même si j’aime beaucoup l’artichaut breton!

  3. le foin : justement en décoction diurétique, mais filtrer à travers un linge, ne prendre que du foin frais, il fait comme tu le dis des toxine s’il vieilli.

  4. joe ailes a dit:

    bon à savoir! moi en ce moment ce sont les feuilles du cassis que je fais en décoction, très efficace comme diurétique aussi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :