Un site utilisant WordPress.com


L’amour ne disparait jamais
La mort n’est rien.
Je suis seulement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi, tu es toi.
Ce que nous étions l’un pour l’autre,
nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné,
Parle-moi comme tu l’as toujours fait,
n’emploie pas un ton différent,
ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.
Prie, souris, pense à moi, prie pour moi.
Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l’a toujours été,
sans emphase d’aucune sorte,
sans trace d’ombre;
La vie signifie
ce qu’elle a toujours signifié.
Elle est ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée
parce que je suis hors de ta vie?
Je t’attends.
Je ne suis pas loin,
juste de l’autre coté du chemin.
Tu vois tout est bien.

Canon H.Scott-Holland
Charles Péguy

Publicités

Commentaires sur: "petit cadeau pour Martine,(pour m’excuser)" (1)

  1. Merci Joe… mais ne t’excuse pas, tu ne pouvais pas savoir.En fait c’est une date que je ne peux oublier et tout le mois de mai en général car il y a 8 ans, j’ai perdu plusieurs personnes chères, dont mon petit frère… je dis "petit" car nous avions 12 ans d’écart et il n’avait pas 30 ans… et il est resté toujours mon "petit frère", malgré ses 2 mètres…Bisous et merci de ce poème et de ce billet spécial.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :