Un site utilisant WordPress.com

Archives de janvier, 2010

Federico García Lorca: poème,Romance somnambule


 

Federico García Lorca
(1898-1936)                                                                   
(Français — Anglais —Espagnol)

 

Romance somnambule

Vert et je te veux vert.
Vent vert. Vertes branches.
Le bateau sur la mer,
le cheval dans la montagne.
L’ombre autour de la ceinture,
elle rêve à son balcon,
chair verte, verts cheveux
avec des yeux d’argent froid.
Vert et je te veux vert.
Dessous la lune gitane,
toutes les choses la regardent
mais elle ne peut pas les voir.
Vert et je te veux vert.
De grandes étoiles de givre
suivent le poisson de l’ombre
qui trace à l’aube son chemin.
Le figuier frotte le vent
à la grille de ses branches
et la montagne, chat rôdeur,
hérisse ses durs agaves.
Mais qui peut venir? Et par où?
Elle est là sur son balcon,
chair verte, cheveux verts,
rêvant à la mer amère.
L’ami, je voudrais changer
mon cheval pour ta maison,
mon harnais pour ton miroir,
mon couteau pour ta couverture.
L’ami, voilà que je saigne
depuis les cols de Cabra.
Si je le pouvais, petit,
l’affaire serait déjà faite.
Mais moi je ne suis plus moi
et ma maison n’est plus la mienne.
L’ami, je voudrais mourir dans
mon lit, comme tout le monde.
Un lit d’acier, si possible,
avec des draps de hollande.
Vois-tu cette plaie qui va
de ma poitrine à ma gorge?
Il y a trois cents roses brunes
sur le blanc de ta chemise.
Ton sang fume goutte à goutte
aux flanelles de ta ceinture.
Mais moi je ne suis plus moi et
ma maison n’est plus la mienne.
Laissez-moi monter au moins
jusqu’aux balustrades hautes.
De grâce, laissez-moi monter
jusqu’aux vertes balustrades.
Jusqu’aux balcons de la lune
là-bas où résonne l’eau.
Ils montent déjà, tous les deux,
vers les balustrades hautes.
Laissant un sentier de sang.
Laissant un sentier de larmes.
Sur les toitures tremblaient
des lanternes de fer-blanc.
Mille tambourins de verre
déchiraient le petit jour.
Vert et je te veux vert,
vent vert, vertes branches.
Ils ont monté, tous les deux.
Le vent laissait dans la bouche
un étrange goût de fiel,
de basilic et de menthe.
L’ami, dis-moi, où est-elle?
Où est-elle, ta fille amère?
Que de fois elle t’attendait!
Que de fois elle a pu t’attendre,
frais visage, cheveux noirs,
à la balustrade verte!
Sur le ciel de la citerne
la gitane se berçait.
Chair verte, cheveux verts
avec ses yeux d’argent froid.
Un petit glaçon de lune
la soutient par-dessus l’eau.
La nuit devint toute menue,
intime comme une place.
Des gardes civils ivres morts
donnaient des coups dans la porte.
Vert et je te veux vert.
Vent vert. Vertes branches.
Le bateau sur la mer,
le cheval dans la montagne.
Ces poèmes sont extraits de Romancero gitan,
Poème du chant profond
Traduction de Claude Esteban

Romance Sonámbulo

Verde que te quiero verde.
Verde viento. Verdes ramas.
El barco sobre la mar
y el caballo en la montaña.
Con la sombra en la cintura
ella sueña en su baranda,
verde carne, pelo verde,
con ojos de fría plata.
Verde que te quiero verde.
Bajo la luna gitana,
las cosas la están mirando
y ella no puede mirarlas.
Verde que te quiero verde.
Grandes estrellas de escarcha
vienen con el pez de sombra
que abre el camino del alba.
La higuera frota su viento
con la lija de sus ramas,
y el monte, gato garduño,
eriza sus pitas agrias.
¿Pero quién vendra? ¿Y por dónde…?
Ella sigue en su baranda,
Verde came, pelo verde,
soñando en la mar amarga.
—  Compadre, quiero cambiar
mi caballo por su casa,
mi montura por su espejo,
mi cuchillo per su manta.
Compadre, vengo sangrando,
desde los puertos de Cabra.
—  Si yo pudiera, mocito,
este trato se cerraba.
Pero yo ya no soy yo,
ni mi casa es ya mi casa.
—  Compadre, quiero morir
decentemente en mi cama.
De acero, si puede ser,
con las sábanas de holanda.
¿No ves la herida que tengo
desde el pecho a la garganta?
—  Trescientas rosas morenas
lleva tu pechera blanca.
Tu sangre rezuma y huele
alrededor de tu faja.
Pero yo ya no soy yo,
ni mi casa es ya mi casa.
—  Dejadme subir al menos
hasta las altas barandas;
¡dejadme subir!, dejadme,
hasta las verdes barandas.
Barandales de la luna
por donde retumba el agua.
Ya suben los dos compadres
hacia las altas barandas.
Dejando un rastro de sangre.
Dejando un rastro de lágrimas.
Temblaban en los tejados
farolillos de hojalata.
Mil panderos de cristal
herían la madrugada.
Verde que te quiero verde,
verde viento, verdes ramas.
Los dos compadres subieron.                                                  

El largo viento dejaba
en la boca un raro gusto
de hiel, de menta y de albahaca.
¡Compadre! ¿Donde está, díme?
¿Donde está tu niña amarga?
¡Cuántas veces te esperó!
¡Cuántas veces te esperara,
cara fresca, negro pelo,
en esta verde baranda!
Sobre el rostro del aljibe
se mecía la gitana.
Verde carne, pelo verde,
con ojos de fría plata.
Un carámbano de luna
la sostiene sobre el agua.
La noche se puso íntima
como una pequeña plaza.
Guardias civiles borrachos
en la puerta golpeaban.
Verde que te qinero verde.
Verde viento. Verdes ramas.
El barco sobre la mar.
Y el caballo en

Federico García Lorca: poème,Romance somnambule

Publicités

jeu d’ombres et de lumières


 

c’est fou ce qu’un peu de soleil  peut faire sur le moral et sur la vision!!!!!!!!

18669_264392230788_772695788_3237011_1779648_n

YouTube – Karunesh-Endless skies


Recette : Confiture de lait –


 

  • 1 cocotte minute                                                

    Ingrédients

    • Pour 3 à 4 pots:
    • 1 litre de lait
    • 500 g de sucre
    • 1 gousse de vanille
    • .
    • 1 boite de lait concentré sucré peut remplacer le lait le sucre

    Préparation:

    • Il suffit de plonger la boite encore fermée dans une cocotte-minute remplie au tiers d’eau et de laisser cuire 1 h après "chuchotement de la soupape"
    • .
    • Méthode classique:
    • Verser le lait, la gousse de vanille fendue et le sucre dans une casserole
    • Porter très doucement à ébullition, en remuant sans arrêt
    • Baisser ensuite le feu et laisser à peine frémir pendant 2 h en remuant de temps en temps
    • A bout de ces 2 heures, la confiture doit avoir épaissi Remuer alors sans cesse jusqu’à obtenir la consistance d’une béchamel avec une couleur caramel
    • Verser alors dans des pots et garder au frais une semaine avant de déguster à la cuillère

Ingrédients

  • Pour 3 à 4 pots:
  • 1 litre de lait
  • 500 g de sucre
  • 1 gousse de vanille
  • .
  • 1 boite de lait concentré sucré peut remplacer le lait le sucre

Préparation:

  • Il suffit de plonger la boite encore fermée dans une cocotte-minute remplie au tiers d’eau et de laisser cuire 1 h après "chuchotement de la soupape"
  • .
  • Méthode classique:
  • Verser le lait, la gousse de vanille fendue et le sucre dans une casserole
  • Porter très doucement à ébullition, en remuant sans arrêt
  • Baisser ensuite le feu et laisser à peine frémir pendant 2 h en remuant de temps en temps
  • A bout de ces 2 heures, la confiture doit avoir épaissi Remuer alors sans cesse jusqu’à obtenir la consistance d’une béchamel avec une couleur caramel
  • Verser alors dans des pots et garder au frais une semaine avant de déguster à la cuillère

Recette : Lotte rôtie à la mangue sur nid poireaux –


r

Lotte rôtie à la mangue sur nid poireaux
Type de plat : plat
Nb de couverts : 4
Préparation : 30 mn
Cuisson : 35 mn
Budget : Raisonnable
Origine : Exotique
Difficulté : Moyenne

Ingrédients :
4 queues de lotte (350g)
1 mangue
2 poireaux
70g de beurre
2 citrons verts
2 échalotes
15g de gingembre frais
1 CC de câpres
2 CS de sauce de soja
10g de basilic haché
10g de persil
2 gousses d’ail
5 grains de poivre noir
Gros sel

Recette :
La veille :
Epluchez la racine de gingembre et râpez la
Pelez les échalotes, hachez les
Dans un bol, mettez à macérer le gingembre, l’échalote, l’ail, le poivre, le jus des 2 citrons verts ainsi qu’un des zestes dans la sauce de soja. Réservez.
Dans une grande casserole, faites cuire à l’eau salée les blancs de poireaux entiers, pendant 20 minutes, puis refroidissez les aussitôt
Laissez-les égoutter toute la nuit dans un torchon, pour absorber l’eau qu’ils rendront.
Le jour même :
Dans une poêle, faites caraméliser les poireaux dans 25g de beurre puis réservez-les au chaud sur une assiette
Dans la même poêle, faites rôtir les queues de lottes dans les 50g de beurre restant, 5 minutes de chaque côté
Réservez-les au chaud dans l’assiette des poireaux
Toujours dans la même poêle, faites revenir quelques instants les dés de mangue, puis ajoutez le mélange de sauce de soja
Remettez ensuite les blancs de poireaux, la lotte puis les herbes hachées au dernier moment avec les câpres
Servez
Conseils :
Boisson conseillée :
– Alsace : Silvaner, Pinot blanc
– Bordeaux : Entre 2 mers
– Bourgogne : Maçon, St Véran
– Loire : Sancerre, Pouilly
– Rhône : Tavel

 

 

 

                                             la_mangue

 

La mangue

Le frein au développement de la culture du manguier en Guadeloupe semble être paradoxalement lié à la popularité d’une de ses variétés, la mangue ‘Julie’ très fréquemment plantée dans les cours. La conséquence est, qu’en saison, la vente de mangues est bien difficile alors que manifestement des niches commerciales existent aussi bien pour le marché local qu’à l’export. Le travail mené par le Cirad en Guadeloupe a pour objectif de valoriser les variétés présentes aux Antilles en vue de développer une filière de production dynamique, durable et rentable.

pink, (mieux qu’un flamand rose,hihihi!!!)


recette de crêpes pour ceux qui aiment les saveurs orientales!(pas bon pour le régime!!!lol!)


Nuage de Tags